Pourquoi ne pas remercier les conservateurs ?


Nous vivons des temps fascinants. Qu’il soit dit aux générations futures que nous vivions notre age d’or de l’humanité, même si parfois il nous semble que nos populations choisissent volontairement de s’ancrer dans un passé barbare. Mais le statuquo n’est pas aussi neutre que cela. Les choses tournent plus en notre faveur que ce que l’on s’imagine. Bien entendu pour un progressiste les choses ne changent jamais à une vitesse suffisante. Cependant l’histoire, avec ses hauts et ses bas, nous apporte la réponse à notre interrogation de qui gagne la bataille entre les progressistes et les conservateurs.

Pour cela il convient de considérer les progressiste des siècles derniers. Très vite on s’aperçoit que leurs idées sont horriblement semblable à celle des conservateurs d’aujourd’hui. Pire elles sont souvent bien plus dures et plus conservatrices. Et pourtant ne l’oubliez pas ces personnes ont payés le prix chers pour ces idées « progressistes ». Cette évolution de la morale et donc de la progression des us et coutumes est ce que les philosophes appelles la zeitgest de la morale. En moins de 200 ans nos conservateurs ont bien changés. La seconde guerre mondiale apparait, entre autre comme déterminante dans l’évolution de notre zeitgest. Alors bien entendu il reste encore beaucoup à faire, notre planète comporte encore beaucoup d’être humains que ces progrès de la morale touchent avec beaucoup de retard.

On pourrait même argumenté que les conservateurs sont une force nécessaire (bien involontairement) dans l’évolution de la zeitgest.  Premièrement car ils nous forcent à considérer encore et encore chaque point que nous abordons. A trouver des raisons, des explications aux changements que nous proposons. Et, soyons honnête, ils nous obligent à « convaincre » nos citoyens que notre point de vue est supérieure au leur. Ce n’est pas toujours facile et parfois à cause des conservateurs nous devons faire face à de gros retours en arrière. Mais ils nous évitent aussi de faire complétement fausse route sur certains sujets. Deuxièmement, et c’est étrange, c’est que la force du changement est souvent mu par la comparaison des options proposés. Et même si l’humain est par nature conservateur et tend à se ranger de son coté il finira par changer si la nouvelle idée lui apporte quelque chose. Cette notion de gains est la base du moteur de la zeitgest. Nos devrions donc remercier nos conservateurs de l’être. (pas trop tout de même)

Mais soyez en convaincu, nous, humanistes, progessistes, athées, agnostiques et autres personnes de bonne volonté,  religieuse ou non, gagnons chaque jour des précieux centimètres vers notre utopie d’un monde meilleur pour tous.

peace !

Thierry

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s