Ao fils des ages farouches…


De lianes élimés en peau de bêtes usées le film Ao de Jacques Malaterre ne démérite que par un scénario trop convenu… Tout est « trop simple »… Je ne vais pas dévoiler l’intrigue mais disons juste que le héro (Ao) à toujours le truc qu’il faut sous la main pour s’en sortir pile poil au moment ou il faut…

Le film est cependant très beau, la réalisation n’est pas celle d’un bleu… (jeu de mot pourri) Et au final, même si la fin aurait peut être mérité d’être un peu plus courte, on se laisse facilement porté par cette épopée Neanderthalo-homosapienne.

Merci à Stéphane de m’avoir invité à le voir…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s